Actu

Qu’est ce que la lutte biologique ?

span style=’font-weight: 400;’>Les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par l’utilisation de pesticides sur les plantes ornementales à l’intérieur et autour de leur maison. Non seulement les risques sanitaires et environnementaux négatifs des pesticides sont préoccupants, mais aussi les impacts des néonicotinoïdes et autres pesticides à large spectre sur les pollinisateurs et autres organismes bénéfiques. Les avantages de la lutte biologique comprennent une dépendance réduite aux pesticides, une diminution du potentiel de développement de la résistance aux pesticides, une flexibilité dans l’utilisation de l’équipement de protection individuelle, des intervalles d’entrée restreints plus courts et l’avantage de réputation d’être un producteur ou un professionnel durable et responsable. Cette lutte peut également être utilisée pour gérer les populations de ravageurs qui ont développé une résistance aux pesticides. Vous pouvez vous fournir des produits de lutte biologique auprès de Biogrowi. 

A découvrir également : Comment passer au zéro déchet avec des conseils concrets ?

Qu’est-ce que la lutte biologique ?

 La lutte biologique est l’utilisation d’organismes vivants pour supprimer les populations de ravageurs, les rendant moins dommageables qu’elles ne le seraient déjà. Elle est une stratégie de lutte antiparasitaire à forte intensité. La mise en œuvre réussie d’un programme de lutte biologique nécessite une compréhension approfondie des ravageurs, des ennemis naturels, de leur environnement y compris d’autres pratiques de lutte antiparasitaire et des interactions de tous les facteurs.  Le succès est souvent obtenu après de nombreuses considérations, des modifications de la production actuelle et des pratiques de lutte antiparasitaire, ainsi que des essais et des erreurs. Cette lutte peut être utilisée contre tous les types de ravageurs y compris les vertébrés, les agents pathogènes des plantes et les mauvaises herbes ainsi que les insectes; Mais les méthodes et les agents utilisés sont différents pour chaque type de ravageur. 

Comment fonctionne-t-elle ?

 La lutte biologique est la composante d’une stratégie de lutte intégrée contre les ravageurs. Elle est définie comme la réduction des populations de ravageurs par des ennemis naturels et implique généralement un rôle humain actif. Les ennemis naturels des insectes jouent un rôle important dans la limitation des densités de ravageurs potentiels.  Cette lutte met en jeu l’élevage en masse et le lâcher d’ennemis naturels tels que les prédateurs, les parasitoïdes et les agents pathogens afin de lutter contre les insectes nuisibles d’une manière respectueuse de l’environnement. Ces ennemis naturels jouent un rôle important dans la limitation des densités de ravageurs potentiels. Cela a été démontré à maintes reprises lorsque les pesticides ont dévasté les ennemis naturels des ravageurs potentiels. Les insectes qui étaient auparavant de peu d’importance économique deviennent souvent des ravageurs nuisibles lorsqu’ils sont libérés du contrôle de leurs ennemis naturels.  Inversement, lorsqu’une méthode non toxique est trouvée pour lutter contre un ravageur clé, l’utilisation réduite de pesticides et la survie accrue des ennemis naturels réduisent fréquemment le nombre et les dégâts des espèces de ravageurs secondaires autrefois importantes. 

A lire en complément : Les légumes à faire pousser en pot dans un appartement

 Les avantages de la lutte biologique par rapport aux pesticides chimiques

 Probablement sans exception, les agents de lutte biologique n’exterminent pas complètement les populations de leurs plantes hôtes. Au mieux, on peut s’attendre à ce qu’ils réduisent la densité des mauvaises herbes à un niveau acceptable ou qu’ils réduisent la vigueur et/ou le potentiel de reproduction de plantes individuelles. Le fait que quelques plantes hôtes survivent toujours, malgré l’attaque d’un agent de lutte biologique, garantit en effet que l’agent ne s’éteint pas par manque de nourriture. La petite population d’agents de lutte biologique qui persiste se dispersera sur toute repousse ou sur les semis nouvellement levés de la mauvaise herbe. Pour cette raison, le biocontrôle peut être considéré comme une méthode de contrôle durable : 

  • Il respectueux de l’environnement car il ne cause aucune pollution et n’affecte que la plante cible (invasive),
  • Auto-entretenu et permanent,
  • Rentable,
  • Ne perturbe pas le sol et ne crée pas de grandes zones vides où d’autres envahisseurs pourraient s’établir, car il ne tue pas toutes les plantes cibles à la fois. Au lieu de cela, il permet à la végétation naturelle de la région de se rétablir progressivement à l’abri des mauvaises herbes mourantes.

 

Comment utiliser la lutte biologique dans votre jardin ?

 De nombreux jardiniers s’inquiètent des effets sur l’environnement et la santé de l’utilisation de pesticides chimiques dans le paysage. Pourtant, les ravageurs atteignent généralement des niveaux destructeurs, nécessitant un contrôle. La lutte biologique est une forme de lutte antiparasitaire sûre, efficace et respectueuse de l’environnement qui peut facilement être appliquée au paysage domestique. Le but de la lutte biologique est la suppression des ravageurs et non leur élimination.  Elle permet de maintenir les populations de ravageurs en dessous du niveau auquel des dommages importants se produisent. Il existe trois approches d’utilisation de la lutte biologique pour la lutte antiparasitaire : 

Conservation Lutte Biologique

 La pratique la plus importante qu’un propriétaire puisse suivre dans l’application de la lutte biologique est d’encourager et d’améliorer les ennemis naturels déjà présents dans le paysage. C’est ce qu’on appelle le contrôle biologique de conservation et il est accompli en attirant les ennemis naturels dans le paysage et en les protégeant par des changements dans les pratiques de gestion du paysage. Le but de cette pratique est de prévenir ou d’éviter le développement de problèmes de ravageurs. 

Augmentation

Le contrôle biologique d’augmentation implique l’achat et la libération d’ennemis naturels dans le paysage. Ceci est fait comme un moyen d’augmenter le nombre et les types d’ennemis naturels présents et d’ajouter une source supplémentaire de mortalité pour gérer un ravageur. L’objectif de l’augmentation n’est pas d’établir de façon permanente l’agent de contrôle. Les ennemis naturels existants peuvent être présents naturellement, mais pas en nombre suffisant pour lutter contre le ravageur.  Le contrôle biologique d’augmentation complète l’activité des ennemis naturels existants pour supprimer les populations de ravageurs. L’augmentation peut être utilisée pour réduire une épidémie de ravageurs en écrasant la population de ravageurs par des lâchers massifs d’ennemis naturels. Il peut également être utilisé comme technique préventive en libérant un petit nombre d’ennemis naturels au début du cycle de vie du ravageur. 

Importation ou lutte biologique classique

 Bon nombre de nos pires ravageurs sont des espèces exotiques introduites venant d’autres pays. L’une des raisons pour lesquelles ils deviennent problématiques est qu’ils sont introduits sans leurs ennemis naturels. Dans la lutte biologique à l’importation, des ennemis naturels du pays d’origine du ravageur exotique sont introduits pour rétablir les relations prédateur-proie.  La lutte biologique à l’importation est une science rigoureuse et très réglementée. Cela nécessite des recherches approfondies menées en quarantaine pour éviter l’introduction d’organismes indésirables qui peuvent avoir été collectés avec l’agent de contrôle. 

Les différents types d’agents biocontrôle disponibles

 Les trois types d’ennemis naturels des insectes ravageurs sont : les prédateurs, les parasitoïdes et les pathogènes. 

  • Prédateurs 

 De nombreux types de prédateurs se nourrissent d’insectes. Les insectes constituent une partie importante du régime alimentaire de nombreux vertébrés, notamment les oiseaux, les amphibiens, les reptiles, les poissons et les mammifères. Ces vertébrés insectivores se nourrissent généralement de nombreuses espèces d’insectes et se concentrent rarement sur les ravageurs à moins qu’ils ne soient très abondants.  Les prédateurs d’insectes et d’autres arthropodes sont plus souvent utilisés dans la lutte biologique parce qu’ils se nourrissent d’une plus petite gamme d’espèces de proies et parce que les prédateurs d’arthropodes, avec leurs cycles de vie plus courts, peuvent fluctuer dans la densité de population en réponse aux changements de densité de leurs proies. 

  • Parasitoïdes 

 Les parasitoïdes sont des insectes au stade immature qui se développent sur ou dans un seul insecte hôte et tuent finalement l’hôte. Les adultes vivent généralement en liberté et peuvent être des prédateurs. Ils peuvent également se nourrir d’autres ressources, telles que le miellat, le nectar des plantes ou le pollen.  Parce que les parasitoïdes doivent être adaptés au cycle de vie, à la physiologie et aux défenses de leurs hôtes, ils sont limités dans leur gamme d’hôtes et beaucoup sont hautement spécialisés. Agents pathogènes : Les insectes, comme les autres animaux et plantes, sont infectés par des bactéries, des champignons, des protozoaires et des virus qui causent des maladies. Ces maladies peuvent réduire le taux d’alimentation et de croissance des insectes nuisibles, ralentir ou empêcher leur reproduction, ou les tuer.  De plus, les insectes sont également attaqués par certaines espèces de nématodes qui, avec leurs symbiotes bactériens, provoquent des maladies ou de la mort. Dans certaines conditions environnementales, les maladies peuvent se multiplier et se propager naturellement à travers une population d’insectes, en particulier lorsque la densité des insectes est élevée. 

Avantages et inconvénients de l’utilisation du biocontrôle en agriculture

 La lutte biologique est l’utilisation des prédateurs naturels d’un ravageur pour contrôler leurs populations afin de minimiser leur impact sur les pratiques économiques et environnementales. C’est une alternative aux pesticides et aux poisons qui peut offrir quelques avantages distincts, ainsi que des inconvénients. 

Avantages en agriculture 

 

  1. La lutte biologique est une stratégie très spécifique. La grande majorité du temps, quel que soit le prédateur introduit, il ne contrôlera que la population du ravageur qu’il est censé cibler, ce qui en fait une alternative verte aux méthodes de contrôle chimiques ou mécaniques. Par exemple, alors que les produits chimiques désherbants peuvent également détruire les plantes fruitières, la lutte biologique permet de laisser les fruits sans interruption pendant que les mauvaises herbes sont détruites.

 

  1. Les ennemis naturels introduits dans l’environnement sont capables de se maintenir, souvent en réduisant la population de ravageurs qu’ils sont censés gérer. Cela signifie qu’après l’introduction initiale, très peu d’efforts sont nécessaires pour maintenir le fonctionnement fluide du système. Cela signifie également que la lutte biologique peut être maintenue en place beaucoup plus longtemps que d’autres méthodes de lutte antiparasitaire.

 

  1. La lutte biologique peut être rentable à long terme. Bien que l’introduction d’une nouvelle espèce dans un environnement puisse coûter un peu cher, c’est une tactique qui ne doit être appliquée qu’une seule fois en raison de sa nature auto-entretenue.

 

  1. Le plus important de tout, c’est qu’il est efficace. Quelle que soit la population de ravageurs que vous souhaitez contrôler, elle sera sans aucun doute contrôlée. Étant donné que le prédateur introduit sera naturellement enclin à cibler les ravageurs, vous verrez très souvent la population de ravageurs diminuer.

Inconvénients en agriculture 

  1. La lutte biologique peut être capricieuse. En fin de compte, vous ne pouvez pas contrôler l’ennemi naturel que vous lâchez dans un écosystème. Bien qu’il soit censé gérer un ravageur, il est toujours possible que votre prédateur passe à une cible différente. Il pourrait décider de manger vos cultures au lieu des insectes qui les infestent, c’est un meilleur plan . Non seulement cela, mais l’introduction d’une nouvelle espèce dans un environnement risque de perturber la chaîne alimentaire naturelle.

 

  1. C’est un processus lent. Il faut beaucoup de temps et de patience pour que les agents biologiques opèrent leur magie sur une population de ravageurs, alors que d’autres méthodes comme les pesticides donnent des résultats immédiats. L’avantage de ceci est l’effet à long terme du contrôle biologique.

 

  1. Si vous cherchez à éliminer complètement un ravageur, la lutte biologique n’est pas le bon choix. Les prédateurs ne peuvent survivre que s’il y a quelque chose à manger, donc détruire leur population alimentaire risquerait leur propre sécurité. Par conséquent, ils ne peuvent que réduire le nombre de parasites nuisibles.

 

  1. Bien qu’il soit bon marché à long terme, le processus de mise en place d’un système de contrôle biologique est une entreprise coûteuse. Beaucoup de planification et d’argent sont investis dans le développement d’un système efficace.

 

Études de cas d’application réussies du biocontrôle

 Des exemples de lutte biologique comprennent la destruction des la cochenille sitophilus en Californie par deux espèces parasites de guêpes chalcides importées d’ Australie , Coccophagus gurneyi et Tetracnemus pretiosus ; la prédation effective d’une coccinelle australienne , oule coléoptère vedalia à l’ échelle du coussin cotonneux en Californie; la limitation de la prolifération des lapins en Australie par introduction du virus du myxome (qui cause la maladie myxomatose ) ; le contrôle des scarabées japonais par Bacillus popilliae , qui provoque une maladie laiteuse ; et le contrôle de diverses larves qui attaquent les cultures vivrières dans les jardins potagers par Bacillus thuringiensis , une bactérie du sol .