Potager

Les meilleurs moyens de protéger les pommes de terre contre les maladies

Les pommes de terre peuvent facilement attraper des maladies comme le mildiou par exemple. Une maladie très dangereuse pour la plupart des plantes. Mais il existe plusieurs moyens ou astuces permettant de protéger les pommes de terre contre les maladies.

Lire également : Rendement patate douce au mètre carré : optimisez votre potager

Utiliser la bouillie bordelaise

C’est une astuce naturelle et très efficace pour protéger les pommes de terre. Avec la bouillie bordelaise, vous pouvez soigner les feuilles ainsi que le dessous des feuilles. À l’aide d’un pulvérisateur, vous pouvez asperger cette bouillie sur les plantes. Vous pouvez utiliser cette méthode chaque 15 jours.

Cette astuce est surtout efficace contre la maladie mildiou. Elle permet aussi de limiter la propagation ou le développement de la maladie dans le cas où votre plante est déjà atteinte. Mais il faut stopper ce traitement au moins 4 semaines avant la récolte.

A lire aussi : La culture de l'arachide : tout savoir sur l'arbre à cacahuète

Recourir à l’engrais vert

Avant de planter vos pommes de terre, vous pouvez utiliser un engrais vert. Cette astuce permet en réalité de lutter contre la gale. Avec cette méthode, vous pouvez contrôler l’état ou la nature du sol. Lorsque vous plantez des pommes de terre assez résistantes, cela réduit aussi les risques de maladie. Le plus souvent conseillé est d’adopter la méthode de rotation des cultures.

Se servir de la décoction d’ail

La décoction d’ail protégera vos pommes de terre contre les maladies cryptogamiques. C’est un mélange naturel très efficace sur n’importe quel type de fruit. En plus de protéger vos pommes, la décoction d’ail permet de chasser les ravageurs. C’est un produit qui n’a aucun effet négatif sur l’environnement. Vous pouvez recourir à cette solution 3 à 4 fois par semaine.

Pour obtenir une décoction d’ail, il faut tout d’abord mettre au moins 100 g d’ail coupé dans un litre d’eau. Faites bouillir ce mélange puis laissez reposer pendant une trentaine de minutes. Vous pourrez ensuite filtrer tout le mélange lorsque celui-ci aura refroidi.

Utiliser le bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude vous permettra également de protéger vos pommes de terre contre les maladies et virus. Vous pouvez mettre 1 cuillère à café du bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau au minimum. Il faut ensuite verser dans cette solution une autre cuillère à café de savon noir.  Lors de la plantation, aspergez cette solution sur  votre plante de pomme de terre.

Vous pouvez utiliser un vaporisateur lors de cette opération. Il est conseillé d’utiliser cette astuce au moins 3 fois par semaine et surtout obligatoirement après une pluie.  Cela permettra de lutter contre les maladies cryptogamiques. Cependant, ce traitement ne peut être utilisé que pendant la période hors floraison.

Cultiver les pommes sous serres

Avec les serres ou le tunnel, vos plantes ne sont pas exposées de façon permanente à l’humidité. La présence de l’humidité peut entraîner la propagation de la maladie de mildiou.

C’est face à cette situation que le recours à un tunnel ou serre est nécessaire. Mais il faut laisser de l’espace entre vos plantes au sein du tunnel afin que l’air puisse circuler. Vous devez aussi garder régulièrement ouvert votre tunnel ou votre serre. L’abri doit être un peu plus large pour permettre aux plantes de bien se développer.

Utiliser des variétés résistantes aux maladies

Il existe plusieurs variétés de pommes de terre résistantes aux maladies, notamment la Charlotte, la Ratte, la Mona Lisa et la Belle de Fontenay. Ces variétés ont été sélectionnées pour leur résistance à certains types de maladies. Par exemple, la Mona Lisa est reconnue pour sa résistance à l’alternariose et au virus Y.

Si vous faites partie des jardiniers qui se heurtent régulièrement aux maladies sur leurs cultures, il serait judicieux d’opter pour ces variétés. Les plants issus de semences biologiques sont aussi plus robustes que ceux issus des hybrides. Optez donc aussi pour cette option si vous désirez cultiver vos propres pommes de terre.

Quelle que soit la stratégie choisie dans ce combat contre les bactéries et virus nuisibles aux cultures, n’oubliez pas de bien planifier vos plantations afin d’éviter tout risque majeur dès le début du processus.

Pratiquer une rotation des cultures pour éviter les contaminations

En plus de choisir des variétés résistantes aux maladies, il faut pratiquer une rotation des cultures. Effectivement, les bactéries et virus se développent dans le sol et peuvent infecter les plantations suivantes.

La pomme de terre ne doit pas être cultivée sur la même parcelle deux années consécutives. Il faut replanter des pommes de terre sur une autre parcelle. Pendant ce temps, il est recommandé de cultiver d’autres légumes qui ne sont pas sensibles aux mêmes maladies que la pomme de terre.

Il faut aussi éviter tout contact avec des débris végétaux contaminés provenant d’une autre culture ou du jardin voisin. Ces débris peuvent contenir des spores ou des bactéries susceptibles d’infecter vos plants.

Une autre astuce qui peut aider à réduire l’apparition des maladies est l’utilisation de techniques agronomiques respectueuses du sol, comme le compostage et la rotation culturale. Le compost permettra notamment au sol d’être plus fertile, tandis que la rotation permettra un apport régulier en nutriments sains pour les racines sans risque accru pour ces dernières.

En combinant ces différentes méthodes préventives, telles que le choix judicieux de semences biologiques résistantes aux maladies ou encore la pratique régulière de rotations culturales, vous pourrez protéger efficacement votre plantation contre toutes sortes d’épidémies nuisibles à sa croissance optimale !